Le Growth marketing sera remarquable ou ne sera pas💡

Victor Leboda
Growth hacking

Vous a-t-on dĂ©jĂ  demandĂ© ce qu’était le growth marketing ? Ce qu’il avait de si diffĂ©rent du marketing traditionnel ? Avez-vous eu toutes les difficultĂ©s du monde Ă  rĂ©pondre Ă  cette question ?

J’ai Ă©tĂ© Ă  la place de cette personne qui veut comprendre, dĂ©couvrir, et qui n’obtenait qu’une rĂ©ponse floue. Et puis un jour c’est Ă  moi qu’on a posĂ© cette mĂȘme question.

Ce jour lĂ , alors mĂȘme que je me considĂ©rais comme Growth marketer depuis peu, j’ai eu du mal Ă  donner une rĂ©ponse claire, simple et prĂ©cise. Et ce jour lĂ , je me suis déçu.

C’est pour ça qu’aujourd’hui je partage avec vous les 3 grandes diffĂ©rences entre le growth marketing et le marketing traditionnel. 3 Ă©lĂ©ments que chaque growth marketer devrait pouvoir comprendre et retenir pour transmettre Ă  ceux qui ont soif d’apprendre.

Dans cet article, nous verrons pourquoi le “growth marketing”, s’il tire Ă©videmment ses origines du marketing traditionnel, ne doit plus ĂȘtre confondu avec ce dernier. Nous verrons les caractĂ©ristiques uniques qui diffĂ©rencient le “growth marketing” du “marketing traditionnel”.

‍

Le rapport au funnel

La premiÚre différence majeure entre le growth marketing et le marketing traditionnel est la partie du funnel sur laquelle chacun des marketers travaille.

Le Marketing traditionnel est concentrĂ© sur le haut du funnel : Awareness + Acquisition (notoriĂ©tĂ© et acquisition). Alors que le Growth marketing est concentrĂ© lui, sur tout le funnel exceptĂ© l’awareness.

Le travail d’un growth marketer est de gĂ©nĂ©rer de la croissance sur la quasi-totalitĂ© du funnel (entonnoir) de conversion, il utilise donc des parties de l’entonnoir qu’un marketer traditionnel n’utilise gĂ©nĂ©ralement pas. Pour ceux qui sont dĂ©jĂ  familiers avec le schĂ©ma ci-dessus, vous aurez reconnu le cĂ©lĂšbre funnel AARRR de Dave McClure, sinon vous pouvez regarder cette courte vidĂ©o dans laquelle il le prĂ©sente lui-mĂȘme.

Alors que la partie du funnel sur laquelle vous travaillez est essentielle pour dĂ©finir quel type de marketer vous ĂȘtes, la maniĂšre dont vous travaillez et les procĂ©dĂ©s (les process) que vous utilisez permettent de dĂ©finir les caractĂ©ristiques uniques que possĂšde un Growth marketer.

‍

Le rapport Ă  la connaissance

Voyons à présent la seconde grande différence à faire entre un growth marketer et un marketer traditionnel : celle du mindset et de son rapport à la connaissance. Car le growth marketer possÚde et nécessite avant tout un mindset particulier : celui de la remise en question permanente.

L’expĂ©rimentation rapide commence en effet par l’acceptation que vous ne savez pas vraiment ce qui marche et ne marche pas, par exemple quels sont les meilleurs canaux d’acquisition (Facebook Ads, LinkedIn Ads, Google Adwords) qui mĂšneront vos prospects Ă  l’acte d’achat. Comme Socrate, ayez la sagesse de vous dire avant chaque nouvelle expĂ©rimentation : “Je sais que je ne sais rien”. Remettez continuellement en question les hypothĂšses Ă©mises et testez-les plutĂŽt que d’émettre des vĂ©ritĂ©s sur des fondements douteux.

Dans le cas classique oĂč vous voudriez connaĂźtre quels sont les canaux d’acquisition qui marchent (Facebook Ads, LinkedIn Ads, Google Adwords), il va falloir les tester un par un. Vous pouvez par exemple lancer plusieurs campagnes avec pour chacune d’entre elle un use case spĂ©cifique. Analysez ensuite les rĂ©sultats, faites le point sur votre expĂ©rimentation et dĂ©cidez s’il faut essayer un nouveau canal. DĂšs que vous aurez testĂ© plusieurs canaux d’acquisition, comparez-les et identifiez le plus pertinent. Vous pourrez alors exploiter Ă  fond ce canal d’acquisition.

Gardez simplement et toujours en tĂȘte que dans la plupart des cas, votre unique mĂ©trique est l’achat, et non un simple clic. Un CTR (taux de clic) faible et un CPC (coĂ»t par clic) Ă©levĂ© n’est pas dramatique s’il permet d’atteindre votre objectif d’achat.

Félicitations, vous pouvez désormais affirmer savoir quelque chose.

Pour trouver un levier de croissance important, et obtenir de petits succĂšs qui vous permettront d’atteindre une plus grande rĂ©ussite, rien de tel que la mĂ©thode d’expĂ©rimentation rapide. C’est ce que nous allons voir dans le point suivant.

‍

Le rapport à la méthode

La troisiĂšme diffĂ©rence entre growth marketing et marketing traditionnel est la mĂ©thodologie utilisĂ©e par chacun des marketers. Le process le plus important utilisĂ© en Growth marketing est l’expĂ©rimentation rapide. Sans cette mĂ©thode de travail, le growth marketing n’a pas de raison d’ĂȘtre et ne serait alors “que” du marketing.

Le Growth marketer, peu importe la partie du funnel sur laquelle il travaille Ă  un moment T, est constamment en train d’expĂ©rimenter. Il va ainsi tester des landing pages (pages d’atterrissage), des use cases (cas d’application), des campagnes, son wording (Ă©lĂ©ments de langage)
 afin par exemple d’amĂ©liorer ses taux de conversion, de crĂ©er une meilleure expĂ©rience utilisateur, mais surtout et pour chaque expĂ©rimentation : de gĂ©nĂ©rer des donnĂ©es. Ces expĂ©rimentations sont rĂ©alisĂ©es sur de courtes pĂ©riodes d’une ou deux semaines et les donnĂ©es collectĂ©es seront ensuite Ă©tudiĂ©es avec soin. Car celles-ci permettront d’en tirer des apprentissages grĂące auxquels vous pourrez amĂ©liorer et optimiser la partie du funnel sur lequel vous, Growth marketer, travaillez.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le process d’expĂ©rimentation utilisĂ© chez Germinal, ne ratez pas notre prochain article et inscrivez-vous ci-dessous !

‍

Le rapport Ă  l’échec

L’expĂ©rimentation rapide et la remise en question permanente sont complĂ©mentaires pour un growth marketer. L’expĂ©rimentation rapide permet de tester des hypothĂšses afin de les valider ou de les invalider. Normalement chaque expĂ©rimentation dure 1 Ă  2 semaines.

Lorsque l’on expĂ©rimente constamment, les erreurs sont frĂ©quentes et ce n’est pas grave, au contraire. Car une expĂ©rimentation qui ne fonctionne pas est avant tout un apprentissage. Apprentissage qui sera ensuite utile lors des prochaines expĂ©rimentations.

Prenons un exemple : lorsqu’un marketer traditionnel doit crĂ©er une campagne, celui-ci aura tendance Ă  vouloir crĂ©er la campagne la plus aboutie possible. Sa campagne lui prendra du temps, et engagera souvent une grande quantitĂ© de ressources. Si la campagne s’avĂšre rĂ©ussie, tant mieux, le marketer sera fĂ©licitĂ© pour cette grande victoire. Dans le cas contraire, il risque bien de ne pas avoir de seconde chance puisqu’il aura investi tout son temps et ses ressources dans cette campagne.

Puisque dans les faits, nous avons tendance Ă  nous tromper plus frĂ©quemment que nous n’avons raison, le growth marketer prĂ©fĂšre ne pas tout miser sur une hypothĂšse non vĂ©rifiĂ©e. Il prĂ©fĂšrera lancer plusieurs campagnes en parallĂšle et aussi souvent que possible. Il pourra alors se tromper la plupart du temps, apprendre Ă  chaque fois, et Ă  force de petites victoires accumulĂ©es
 atteindre son objectif. La vitesse d’expĂ©rimentation est donc essentielle dans ce process.

J’espĂšre avoir pu clarifier la situation sur ce qu’est selon moi un growth marketer en 2018, et que vous pourrez grĂące Ă  cet article expliquer Ă  vos proches, novices et initiĂ©s les 3 grandes diffĂ©rences entre Growth marketing et Marketing traditionnel.

Pour les initiĂ©s, j’espĂšre que ce rappel vous permettra d’amĂ©liorer le Growth marketer que vous ĂȘtes. AprĂšs une bonne dose de remise en question, de mĂ©thodologie et de travail, vous devriez pouvoir optimiser votre funnel chaque semaine afin de gĂ©nĂ©rer de la croissance de maniĂšre durable pour votre entreprise et vos clients ! 🛠